Free Porn
xbporn
27 C
Abidjan
vendredi, juillet 19, 2024
More
    AccueilInvestigationsEscroquerie - 4 milliards : le maire de Bangolo est un super...

    Escroquerie – 4 milliards : le maire de Bangolo est un super “brouteur”. (1ère partie)

    C’est l’arrestation du maire de Bangolo, GAH Yemonli Arsène, le 22 avril 2024 alors qu’il tentait de quitter le pays, qui a remis au goût du jour cette affaire d’escroquerie tentaculaire qui date de 2017.  Pendant plusieurs mois, le premier magistrat de la ville de Bangolo et ses complices Ivoiriens, Européens et Camerouno-Kényans avaient fait balader l’homme d’affaires KOME Cessé entre Paris, le Luxembourg, l’Angleterre, Dubaï, le Qatar, Bamako et Naïrobi au Kenya. Dans ce dernier pays, les arnaqueurs feront intervenir la police, elle aussi complice. Un célèbre colonel de l’armée ivoirienne s’improvise même agent recouvreur. Enquête sur une affaire aux allures de polars, dans laquelle l’opérateur économique ivoirien, d’origine malienne, a été délesté d’environ 4 milliards FCFA.

    Tout démarre en avril 2017, lorsque M. Komé croise par hasard, dans le hall de l’Hôtel Tiama à Abidjan, Kodjo Victor Alain Claude, un ex-cadre du très célèbre cabinet d’audit anglais, Deloitte. Les deux hommes s’étaient connus lorsque le cabinet s’occupait de la certification des comptes de l’entreprise de l’homme d’affaires Koïra Holding, qui exerce dans le négoce international, le BTP, l’immobilier, etc. Selon nos informations, après Deloitte, M. Kodjo a d’abord travaillé pour le groupe de l’aide de camp de Simone Gbagbo, le commandant Anselme Séka Yapo alias Séka Séka qui, grâce à son entregent, avait réussi à monter un véritable conglomérat auquel les autorités d’alors avaient même octroyé gracieusement une licence pour créer une entreprise de téléphonie mobile.

    Ce que Komé Cessé ne sait pas à ce moment-là, c’est que le cadre financier rencontré quelques années plus tôt, qui vit désormais à Alençon -commune française du département de l’Orne en Normandie- s’est mué en rabatteur pour l’entreprise criminelle à la tête de laquelle plane un certain GAH Yemonli Arsène. Il faut dire qu’avec la notoriété acquise dans les milieux des affaires abidjanais lorsqu’il servait chez Deloitte, Kodjo Victor Alain Claude a le parfait profil pour ses « nouvelles fonctions ». C’est donc tout naturellement que l’ex-employé du cabinet britannique propose à monsieur Komé de lui trouver de puissants financiers capables de mettre à sa disposition des fonds importants pour développer ses activités. Le businessman mord à l’hameçon.

    L’engrenage se met en place

    C’est à Paris, quelques jours plus tard, que M. Kodjo donne rendez-vous à Komé Cessé pour une première prise de contact avec ses partenaires financiers. Lors de cette rencontre, l’homme d’affaires Ivoirien d’origine malienne voit pour la première fois le maire de Bangolo, Gah Yemonli Arsène, qui lui est présenté comme le patron qui va le mettre en relation avec les financiers. Ce dernier affirme travailler avec le Fonds d’Investissement de Dubaï. Pour donner plus de solennité et un caractère sérieux à leur soi-disant relation d’affaires, des contrats seront même signés entre Komé Cessé et les sieurs Gah et Kodjo. Ils promettent de trouver des financements pour M. Komé qui accepte de leur verser une commission. Le lendemain, 28 avril 2017, à la grande surprise de M. Komé, il n’est plus question de Fonds d’Investissement de Dubaï. Les deux individus à qui Gah Yemonli Arsène introduit Komé Cessé, prétendent représenter plutôt un fonds luxembourgeois. Il s’agit d’un Européen et d’un Africain qui se présente comme Ibrahim Barry, d’origine guinéenne.

    Mai 2017, tout ce groupe se transporte au Luxembourg, aux frais de M. Komé qui assure billets d’avion, hôtel et restauration. Sur place, l’homme d’affaires est pris en charge par un autre Européen qui le conduit dans un bâtiment que monsieur Komé identifiera comme présentant toutes les caractéristiques d’une banque. M. Komé n’a pas voulu nous parler, mais d’après ses proches, il a été amené dans une salle forte qui lui a semblé être une banque. Dans le coffre-fort, on lui a présenté des billets entassés pouvant représenter plusieurs centaines de millions d’Euros et c’est là que l’Européen, un certain Brethes Jean Yves le Marquich, l’informe que plutôt qu’un transfert électronique de compte à compte, on lui expédiera l’argent en espèces, par jet privé. On informe également M. Komé que le transport des fonds jusqu’à Bamako sera à sa charge : 300.000 € (196.500.000 FCFA). Après négociations, il fut convenu que le patron de Radisson Abidjan ne paie finalement que 100.000 €. Ce qui fut fait. 

    Nous nous sommes renseignés et il n’y a jamais eu de banque à l’adresse où monsieur Komé a été amené au Luxembourg, en passant par le sous-sol. Tout cela n’était qu’un décor du genre de celui que font les décorateurs de cinéma, mais l’opérateur économique ne le savait pas encore. 

    Les arnaqueurs montent en puissance

    Alors qu’il espérait voir l’avion transportant les fonds arriver à Bamako, Komé Cessé est informé par Gah Yemonli Arsène que le jet a été bloqué pendant une escale technique à Dubaï, avec les 200 millions d’Euros. Afin de débloquer la situation, les arnaqueurs prétendent qu’il faut un million de dollars. Nous avons pu nous procurer la copie d’une décharge de Gah Yemonli Arsène en date du 12 juillet 2017, qui reconnaît avoir reçu des mains de Komé Cessé, sur place à Dubaï, 800.000 $ (482.100.000 FCFA). Le même jour, la compagne du maire de Bangolo, Inès-Regina BANHIE, recevait 115.000.000 FCFA dans les locaux de l’entreprise de M. Komé à Abidjan, censés représenter le complément du million de dollars réclamé par le maire pour prétendument débloquer un avion que monsieur Komé n’a jamais vu durant leur séjour à Dubaï. Sur la base des documents en notre possession, la même compagne de M. Gah a perçu au total 180.000.000 FCFA dans cette affaire pour le compte de son homme.

    Preuve de la décharge des 800 000 dollars / Photo-DR

    Preuve de la décharge – 115 millions CFA de Dame Inès-Regina BANHIE
    Inès-Regina BANHIE, la compagne du maire escroc / Photo-DR

    Toujours pas d’argent, et pas d’avion

    Rassuré d’avoir pu libérer l’avion transportant les fonds en payant un million de dollars, l’homme d’affaires quitte Dubaï. Il est cependant à nouveau contacté et Gah Arsène l’informe que c’est au Qatar que l’avion est cette fois-ci bloqué. Le businessman qui attendait déjà à Bamako l’avion bourré de cash décide donc d’actionner ses contacts, très haut placés au Qatar, et c’est ainsi qu’il apprend qu’aucun avion transportant des fonds n’a été bloqué dans ce pays.

    Désemparé, c’est alors qu’un nouvel acteur entre en scène. Philippe Kariuki PONA, un Camerounais naturalisé Kényan, dont l’identité est probablement fausse, se présente à l’homme d’affaires, par l’entremise de Gah Arsène, comme celui qui devrait convoyer les fonds. Il préconise un changement de plan : les fonds seront déposés dans une banque londonienne, pour contourner les tracasseries. Monsieur Komé adhère sans hésiter à cette proposition, qui lui semblait plus conventionnelle qu’un déplacement d’argent cash.  Le Camerounais demande à monsieur Komé d’ouvrir un compte dans une banque londonienne et lui donne même le nom d’un britannique supposé pouvoir l’aider à ouvrir le compte. Ensuite, il demande à monsieur Komé de créditer le compte d’une somme conséquente, pour éviter que l’arrivée brusque de 200 millions Euros n’éveille des soupçons. Komé Cessé transfère 250.000 Livres Sterlings (250.000.000 FCFA), dans un compte londonien dont on lui a communiqué le numéro.

    …Et ce n’est toujours pas la fin du calvaire

    En décembre 2017, l’homme d’affaires ivoirien porte plainte devant la police économique, à Abidjan. Selon nos sources sécuritaires très sûres, Gah Arsène et Kodjo Victor Alain Claude sont arrêtés.  Dans son Procès-Verbal d’audition que nous avons pu consulter, Gah Arsène reconnait l’escroquerie et négocie un échéancier pour rembourser la victime. L’affaire est instruite à l’époque par le Doyen des Juges d’instruction, OUSMANE COULIBALY. Libéré sous contrôle judiciaire après quelques interférences politiques, Gah Arsène réussit à s’enfuir en France en passant par le Ghana. Il appelle même certains enquêteurs de la gendarmerie qui l’avaient arrêté pour les narguer d’avoir réussi à s’échapper.

    Le trio des brigands: à gauche, le Camerouno-kenyan (Philippe Kariuki PONA); à droite, le rabatteur Ivoirien (Kodjo Victor Alain Claude); au milieu, le cerveau de toute l’arnaque (Gah Yemonli Arsène)/ Photo-DR

    Quelques semaines plus tard, Philippe Kariuki PONA revient à la charge. Il donne cette fois-ci rendez-vous à l’homme d’affaires à Dubaï pour transporter l’argent directement à Bamako. Komé Cessé paie à nouveau un million de dollars comme frais de location d’un jet privé. L’avion décolle effectivement des Emirats Arabes Unis avec des caisses supposées contenir les 200 millions d’Euros, mais il atterrit à Naïrobi pour une escale technique. Le convoyeur est arrêté par la police kényane, mais il s’agit juste d’un montage. M. Komé, présent dans le jet, est laissé libre. Les escrocs Camerounais qui ont perfectionné cette méthode d’arnaque appellent cette étape « la décharge ».

     A son hôtel, le businessman reçoit un coup de fil où on l’informe qu’il faut payer 4 millions d’Euros pour libérer le convoyeur et le colis. Excédé et à bout, Komé Cessé refuse de payer et décide de quitter le Kénya, mais il est interpellé à l’aéroport par les policiers qui le surveillaient discrètement, et ramené à l’hôtel. Désormais retenu en otage, il ne pourra finalement quitter le Kenya qu’après que ses contacts à Dubaï aient versé 2 millions d’Euros (1.300.000.000 FCFA) à des complices de Gah Arsène dans ce pays arabe.

    Komé Cessé retournera finalement à Abidjan à bord d’un jet loué cette fois-ci à Abidjan, avec des malles qu’il croit toujours contenir 200 millions d’Euros. Mais à Abidjan, et devant témoins, il n’y découvre que de pâles photocopies d’Euros…Et ce n’est toujours pas la fin de l’arnaque. (A suivre)

    Ce qui est vrai, est vrai ! 

    ARTICLES SIMILAIRES

    Plus Populaires

    Commentaires récents