24 C
Abidjan
lundi, mars 4, 2024
More
    AccueilAnalysesChronique : qui a tué Hambak ?

    Chronique : qui a tué Hambak ?

    Le 12 Août 2019, Dj Arafat trouve la mort dans un accident de moto lors d’une exhibition sur la voie publique. Il ne portait pas de casque. Et pourtant, certains y voient un assassinat mystique et désigne l’auteur : Hamed Bakayoko.

    En Janvier 2020, précisément le 5, le colonel Wattao, un des chefs militaires de l’ex-rébellion ivoirienne, décède dans un hôpital aux Etats-Unis. Il se savait presque condamné par un diabète doublé d’une cirrhose du foie. Sa visite chez certaines personnalités pour annoncer son départ pour des soins, qu’il avait lui-même insisté à médiatiser, avait des allures d’adieu. Malgré tout, l’ancien président de l’Assemblée Nationale, Soro Guillaume et ses employés, ont pu convaincre quelques esprits faibles de ce que Wattao avait été empoisonné, par le président Ouattara et Hamed Bakayoko.

    Le 8 Juillet 2020, le 1er ministre Amadou Gon Coulibaly tombe en pleine salle du Conseil des Ministres avant de rendre l’âme quelques minutes plus tard. Arrêt cardiaque, concluent les légistes. Huit ans auparavant, en Juin 2012, son cœur gravement atteint  avait été remplacé lors d’une transplantation cardiaque. On aurait pu rendre grâce au Seigneur pour la réussite de cette opération complexe, pour la vie pleine qu’il a ensuite pu mener jusqu’à ce 8 Juillet 2020 et se dire que finalement, un cœur, même sans qu’on soit forcément malade, peut irrémédiablement s’arrêter. On a vu le cas du footballeur Camerounais Marc Vivien Foé, dont le cœur a brusquement cessé de fonctionner sans raison, en plein match Cameroun-Colombie, le 26 Juin 2003 en France.  Que non ! D’aucuns ont voulu plutôt voir derrière le décès d’Amadou Gon Coulibaly la main de puissants marabouts et  redoutables féticheurs aux ordres d’Hamed Bakayoko. 

    Et maintenant Hamed Bakayoko. Comme il fallait s’y attendre, Soro Guillaume qui connaît la faiblesse de l’opinion africaine entre en action. Le premier ministre « a été empoisonné », par le ministre des affaires présidentielles et cadet du président Ouattara. Il se trouve des personnes sensées pour croire à ces sornettes. Birahima Téné Ouattara aurait donc empoisonné Hambak. Les médecins qui auront tout tenté pour le sauver d’un cancer du foie en phase terminal devraient se dire que l’Afrique est maudite. 

    Toute maladie est le fait de forces obscures tapies dans l’ombre ; toute mort trouve sa cause non pas dans quelques défaillances de notre organisme, elle est plutôt l’œuvre d’envieux et autres méchants; Une affectation qui n’arrive pas ; une promotion professionnelle qui ne se concrétise pas ; des problèmes de foyer ; des difficultés à procréer ; c’est toujours l’œuvre de quelqu’un. Nous-mêmes ne sommes jamais responsables de rien. Quelle tristesse ! Cette Afrique des bouc-émissaires à rechercher pour tout ce qui nous arrive est dégoûtante.

    L’Afrique est le seul continent où un jeune homme se fait tuer sur une moto parce qu’il a pris des risques sans porter de casque et on croit plutôt, dur comme fer, qu’il a été mystiquement assassiné. L’Europe a pourtant elle-aussi connue sa période d’obscurantisme, où des vieilles dames injustement accusées de sorcellerie ont été lynchées en public. Tous les continents se sont débarrassés de ces idées archaïques d’un autre âge, et il n’y a plus que l’Afrique à s’arc-bouter à ces formes d’anachronismes.  Cette Afrique-là, je ne la revendique pas. Je ne m’y reconnais pas.

    Ce qui est vrai, est vrai !  

    Par Saïd Penda

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    ARTICLES SIMILAIRES

    Plus Populaires

    Commentaires récents